Mise en place de l’auto-prélèvement pour le test HPV dans le cadre du dépistage du cancer du col utérin

Depuis le 1er avril 2020, le test HPV-HR est pris en charge par la sécurité sociale sur simple prescription explicite du test (ne plus prescrire examen cytologique ou frottis mais bien recherche ou test HPV chez la femme de plus de 30 ans).

Pourquoi proposer l’auto-prélèvement ?
  • Accroître le dépistage :
    Afin d’augmenter la couverture de dépistage de la population, la HAS recommande de proposer l’auto-prélèvement vaginal (APV) à partir de 30 ans, aux femmes non dépistées ou insuffisamment dépistées. Le but étant d’augmenter le nombre de patientes dépistées pour passer de 50 à 60 % actuellement à 80%.
  • Proposer une alternative simple et rapide au prélèvement endocervical :
    L’APV peut être considéré comme une modalité de prélèvement alternative au prélèvement cervical par un professionnel de santé, permettant de faciliter le dépistage des femmes qui ne se font jamais dépister ou qui ne se font pas dépister selon le rythme recommandé.
  • Performance technique équivalente :
    Plusieurs études ont permis de préciser les performances de la stratégie APV. D’après ces études, les performances sont équivalentes entre une recherche d’HPV réalisée par auto-prélèvement et la recherche réalisée par prélèvement par un professionnel de santé.
En pratique, comment faire ?

Pour toute patiente de plus de 30 ans, prescrire un test HPV.
La patiente se rend au laboratoire et demande un kit d’auto-prélèvement.
Le personnel du laboratoire lui expliquera les modalités de prélèvement.

Comment interpréter le résultat ?

En cas de résultat négatif, interpréter selon l’algorithme ci-dessous (contrôle à 5 ans en dehors de tout antécédent ou contexte clinique spécifique).
En cas de résultat positif du test HPV par auto-prélèvement vaginal (environ 15% des dépistages), la patiente devra faire un nouveau prélèvement pour réalisation d’une cytologie cervico-utérine par un professionnel de santé (prendre rendez-vous au laboratoire ou auprès de son médecin traitant).

Frottis par cytologie ou test HPV ?

Au niveau mondial, le cancer du col utérin représente le 4e cancer de la femme avec 569 847 nouveaux cas par an. Il est responsable de 311 365 décès par an en étant la 4e cause de mortalité par cancer.
En France, il représente le 12e cancer de la femme avec 3000 nouveaux cas par an. Il est responsable de 1100 décès par an en étant la 10e cause de mortalité par cancer.
L’agent causal est le virus HPV (Human PapillomaVirus), le délai entre la contamination par le virus HPV et le développement du cancer se situe entre 10 et 15 ans (par succession de différentes étapes allant de la dysplasie légère « CIN 1 » à la dysplasie sévère « CIN 3 » puis au stade de cancer infiltrant).

Il existe 3 niveaux de prévention :

  • la prévention primaire par la vaccination
  • la prévention secondaire par le dépistage
  • la prévention tertiaire par le suivi post-thérapeutique
Pourquoi remettre en cause le dépistage par le FCU (frottis cervico-utérin) cytologique?

S’agit-il d’une mauvaise organisation ? d’une mauvaise application des recommandations ?
L’analyse des circonstances de découverte des cancers du col confirme qu’il s’agit majoritairement d’une absence de dépistage (dans 37% des cas) ou d’un intervalle de dépistage supérieur à 3 ans (dans 33% des cas). Enfin, cela relève d’une prise en charge inadéquate malgré un frottis anormal (18% des cas).
Il semble aussi indispensable de recourir à un test plus sensible (Sensibilité FCU = 76.6 contre 97.1 pour le test HPV)
(Référence: Pr Henri Jean Philippe, Dr Jacques Marchetta, Journée du Groupe de Vaccination-Prévention de la Spilf, 22 mai 2019
Société Française de Colposcopie et pathologie cervico-vaginal)

En résumé….

Le test HPV augmente la sensibilité de dépistage des lésions de haut grade (CIN 3+) de 30%.
Le test HPV dépiste plus précocement des lésions de haut grade (CIN 3+) que les FCU.
La Valeur prédictive négative du test HPV est 4 fois supérieure à celle du FCU à 5 ans.
Le dépistage par HPV génère une diminution de l’incidence des cancers.

Nouveautés à prendre en compte immédiatement…

Le Journal Officiel du 15 août 2020 a modifié profondément l’organisation du dépistage du cancer du col de l’utérus:

Le dépistage est fondé :

  • entre 25 et 30 ans, sur la réalisation d’un examen cytologique : le frottis cytologique sur milieu liquide est recommandé dans ce cas. Deux frottis à un an d’intervalle. Le suivant sera réalisé à trois ans si les deux premiers sont négatifs.
  • à partir de 30 ans et jusqu’à 65 ans inclus, sur la réalisation d’un test HPV (dépistage du Papillomavirus HR) : trois ans après le dernier frottis cytologique négatif ou dès 30 ans en l’absence de frottis antérieur. Le rythme entre deux dépistages par test HPV est de cinq ans, dès lors que le résultat du test est négatif.

Biolyss vous propose de prendre en charge vos dépistages de cancer du col, il s’agit d’un simple prélèvement endocervical sur milieu liquide, à transmettre au laboratoire avec le bon de renseignement clinique.
1 seul prélèvement endocervical = dépistage réalisé par test HPV ou analyse cytologique selon le contexte clinique.

Trouvez un laboratoire Inovie à proximité

Trouvez un laboratoire Inovie à proximité

Retrouvez l'ensemble de nos laboratoires, ou localisez le plus proche de chez vous.

Trouver un laboratoire
Comment accéder à mes résultats ?

Comment accéder à mes résultats ?

Découvrez ici comment accéder à vos résultats d'analyse par internet sur le nouveau site inovie.fr

En savoir plus