Le retour de la belle saison … annonce le retour des maladies vectorielles à tiques (MVT) dont la plus connue et la plus commune est la maladie de Lyme. La HAS publie sur ce sujet ses dernières recommandations en date de mars 2022.

EN PREAMBULE

Qui sont les coupables ?
La tique Ixodes ricinus, ectoparasite hématophage strict aux 3 stades de développement : larve, nymphe, adulte. C’est le vecteur de l’agent pathogène : Borrelia burgdorferi sensu lato.

Quand ?
D’avril à août puis en octobre : voilà les mois où l’activité des tiques est maximale. Vous êtes piqué : vous notez, vous retenez la date.

Comment ?
9 tiques sur 10 retirées sur l’homme sont des Ixodes ricinus. 92% des piqûres sont liées aux nymphes. La piqûre est indolore et passe souvent inaperçue.

Où ?
Notons que la forêt ne représente que 56 % de l’exposition à risque ; les jardins publics ou privés (26 %) et la prairie (17 %) étant les deux autres lieux de piqûre les plus fréquemment rapportés.
L’Est et le Limousin avec une incidence de 200/100 000 habitants sont les régions les plus exposées (43/100 000 en moyenne en France). Les tiques sont absentes au-dessus de 1500 m et en zone méditerranée sèche.

Espoir ?
Retenir que la plupart des tiques ne sont pas contaminantes, entre 5 et 20 % sont porteuses de l’agent infectieux et 95 % des piqûres infectantes sont asymptomatiques ; c’est donc seulement 5 % des personnes infectées qui auront des signes d’une maladie de Lyme. Conclusion: une sérologie positive ne veut pas dire malade.

Les risques ?
Le risque de transmission d’une tique infectée à son hôte est quasi nul si le repas sanguin est < 7 heures. Un repas sanguin peut durer 3 à 10 jours. Le risque est élevé après 48 heures. L’homme n’est qu’un hôte accidentel. Les anticorps ne sont pas protecteurs : on peut donc faire plusieurs borrélioses de Lyme.

Les cibles ?
Il existe 2 tranches d’âges plus touchées : un petit pic pour les enfants de 5-9 ans et un 2e pic plus élevé pour la tranche d’âge 50-64 ans (jeunes retraités ?). Il existe des groupes à risques : on citera les forestiers, les chasseurs, les éleveurs.

LES RECOMMANDATIONS HAS 2022

Elles sont à lire dans son ‘’guide du parcours de soins du patient présentant une suspicion de borréliose de Lyme.’’
Nous rappelons et commentons ici les recommandations en matière de prévention et en cas d’exposition et/ou de morsure de tique.

‒ Conseils de prévention

  • Port de vêtements longs couvrants et clairs (afin de repérer plus facilement les tiques)
  • Port de chaussures fermées (et/ou des guêtres) et d’un chapeau
  • Utilisation d’un répulsif en respectant les indications notées sur le produit (en particulier attention aux enfants et aux femmes enceintes)
  • Se munir d’une paire de tire-tiques (souvent le kit contient 2 tire-tiques de taille différente, il faudra adapter la taille du tire-tique à la grosseur de la tique)
  • Inspection de l’ensemble du corps à la recherche d’une ou de plusieurs tiques (se faire aider d’un tiers si possible, penser au cuir chevelu, attention une tique peut en cacher une autre) le plus rapidement possible (plus l’exposition au vecteur est longue plus le risque de transmission est important) après l’exposition (sortie dans la nature, forêt, jardins, etc.).

‒ En présence d’une tique accrochée

  • Extraction sans avis spécialisé à l’aide des outils adéquats (tire-tique) (il existe d’excellents modes d’emploi vidéo sur internet, désinfecter seulement après le retrait).
  • Surveillance de la zone piquée pendant au moins 1 mois à la recherche d’un érythème migrant
  • Signalement souhaité de la ou des piqûres de tique dans le cadre du programme de recherche participative CiTIQUE.fr
  • En cas de difficultés d’extraction : avis auprès du médecin traitant, du pharmacien, ou du biologiste médical
  • En cas de symptômes (fièvre ou frissons, maux de tête, douleurs musculaires ou articulaires, adénopathie, éruption rougeur cutanée) survenant dans les suites de la piqûre de tique (1 mois) : consultation du médecin traitant.

Les laboratoires INOVIE pratiquent le dépistage et le Western Blot en cas de dépistage positif et concluent quant au contage avec l’agent infectieux. Ils participent donc à documenter le diagnostic de maladie de Lyme.

Nous jouons également un rôle dans l’information des patients en enrichissant nos comptes rendus des recommandations en matière de prévention et de surveillance d’une exposition aux tiques.

Trouvez un laboratoire Inovie à proximité

Trouvez un laboratoire Inovie à proximité

Retrouvez l'ensemble de nos laboratoires, ou localisez le plus proche de chez vous.

Trouver un laboratoire
Comment accéder à mes résultats ?

Comment accéder à mes résultats ?

Découvrez ici comment accéder à vos résultats d'analyse par internet sur le nouveau site inovie.fr

En savoir plus